J’ai testé: WikiPearl, des aliments à emballage comestible

J’ai testé: WikiPearl, des aliments à emballage comestible

Manger son pot, ou plutôt sa peau, de yaourt, c’est possible. Voilà le concept des WikiPearls, vendus au Wikibar à Paris. Une démarche écolo et délicieuse.

En plein centre de Paris, situé à côté du Laboratoire, un centre d’expérimentation artistique et de design, le Wikibar a ouvert ses portes en juin 2013. Dans ce café au style épuré, n'hésitez pas à demander à Connor, le serveur anglais, un petit café accompagné de quelques WikiPearls.

Le Wikibar. Crédit:Magali Sennane

Les WikiPearl, ce sont des aliments dont on peut manger l'emballage. "Voici un grain de yaourt", présente fièrement Antoine Mahy, le vice-président de la société WikiFoods qui développe les WikiPearls. Devant lui, une sphère à la coque élastique, souple et comestible qui contient du yaourt nature."L’idée, c’est de reproduire ce qui se passe dans la nature comme avec le raisin, par exemple. C’est la même logique: le yaourt est entouré d’une peau 100% naturelle qui peut se nettoyer avant de se manger."

Le WikiPearl s’attrape avec les doigts et se gobe. En bouche, la peau éclate et laisse s’échapper le yaourt. Les déclinaisons du WikiPearl sont nombreuses: glace, yaourt, fromage, soupe, compote… Et la peau qui l’entoure, formée en partie d’algues, peut être parfumée à tous les goûts. 

Réduction des emballages et des déchets

Les WikiPearls ont été imaginés par David Edwards, professeur à Harvard, et François Azambourg, designer. A l’origine de leur démarche, une ambition sérieuse: développer des formes comestibles de conditionnement de produits alimentaires, plus respectueux de l’environnement.

"En éliminant les emballages en carton ou en plastique autour des aliments, on réduit la pollution du côté des industriels lors de la fabrication et moins de déchets à la poubelle pour les consommateurs", résume Antoine Mahy.

Pour le moment les petites perles sont confectionnés à la main dans le sous-sol du Laboratoire, mais la société franco-américaine compte les commercialiser à grande échelle. En janvier 2014, les WikiPearls devraient être vendus pour la toute première fois dans des enseignes de la chaîne bio Whole Foods Market, aux Etats-Unis. "Nous allons les tester dans une dizaine de magasins dans des villes autour de Boston. Si les retours sont positifs, l’opération a vocation à rapidement s’élargir".

Pour la France, il faudra attendre 2015. WikiFoods serait en train de passer un partenariat avec un industriel pour une commercialisation dans des supermarchés. "Les solutions pour produire de façon industrielle sont prêtes, maintenant il faut que les négociations se fassent", précise le vice-président. En attendant de pouvoir acheter ses WikiPearls à la pesée dans nos magasins, le Wikibar les vend à emporter dans un sac en cellulose, entièrement biodégradable.

Un aliment participatif

Le nom WikiPearls fait référence à une machine encore en développement. Celle-ci permettrait de confectionner des WikiPearls à la demande, en laissant au consommateur le choix de la composition parmi dix goûts de "peau" (chocolat, cerise, noix de coco…) et cinq de yaourt. Ainsi, placées dans des restaurants, ces machines, permettraient au consommateur de réaliser jusqu’à 250 yaourts différents, selon ses envies et préférences. "Wiki" donc pour le côté participatif.

Des WikiPearls à la glace. Crédit: PhaseOnePhotography

D’ailleurs, le Wikibar se veut un lieu de collaboration. Chaque samedi, le public peut venir y découvrir des expériences culinaires inédites et partager son avis. Certaines des dernières trouvailles du Laboratoire sont déjà en test dans le bar, comme le Whaf, un générateur qui transforme les boissons en un nuage de saveur à aspirer avec une paille.

Pour l’heure, seuls quelques (rares) habitués et quelques curieux franchissent le pas du WikiBar. Le jour de notre visite, c’est Alain Duquesnes, l’un des chef barman parisien, qui rentre à l’improviste au Wikibar. Venu s’acheter un Whaf au Laboratoire, il découvre pour la première fois les WikiPearls. Séduit par la glace coco-mangue qu’il vient de déguster, ce dernier imagine déjà le potentiel des WikiPearls dans ses cocktails. "C’est absolument génial", dit-il avant de tendre sa carte de visite à Antoine Mahy. Demain, peut-être, mangera-t-on aussi la peau de son mojito.

[En savoir +]

Retour liste


S'identifier
Mot de passe oublié ?